Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

burger_menu
Radio Atlandes Autoroute
107.7 Radio Atlandes Autoroute
recherche_mini
    twitter   |   Atlandes Autoroute
play ECOUTERfrance TRAFICreplay REPLAYmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Culture | Marque-Page | "Une vie sur l'eau" de J-C Raspiengeas
Marque-Page

« Une vie sur l'eau » de J-C Raspiengeas

date 27/06/2022 - 09:04 | micro_reportage Francine Thomas
À quoi ressemble le quotidien d'un batelier, qui passe sa vie sur sa péniche, à remonter les fleuves ou les canaux ? Le journaliste Jean-Claude Raspiengeas a longuement enquêté pour nous raconter cette profession si mal connue.
illustration de
 "Une vie sur l'eau" de J-C Raspien…
 "Une vie sur l'eau" de J-C Raspiengeas
play
0:00
0:00
volume-high 
En 2020, à l'issue du premier confinement, Jean-Claude Raspiengeas avait publié « "Routiers »« , un livre pour lequel il avait partagé le quotidien de plusieurs conducteurs routiers. Selon le même mode opératoire, le journaliste a cette fois embarqué à bord de péniches à la rencontre de bateliers.  »Je suis parti d'une question très commune : quelle est leur vie ?".

Monter sur une péniche, c'est accepter de vivre à un autre rythme. La vitesse moyenne est de 6 km/h sur les voies navigables et la progression des bateaux en sans cesse freinée par le courant, le passage aux écluses ou les marées lorsqu'on approche des mers et océans. Les bateliers font un métier très méconnu, très peu considéré et très difficile, comme en témoignent ceux qui se sont confiés au journaliste. La profession a vécu un brusque déclin dans les années 80 suite à un plan de déchirage voulu par le gouvernement de l'époque qui a envoyé à la casse des milliers de bateaux.

Mais le transport fluvial devrait redevenir à la mode. Jean-Claude Raspiengeas en est persuadé : « Pour des raisons écologiques d'abord, puisque ça pollue beaucoup moins que les camions. Et puis les péniches peuvent rentrer dans les centres villes. Il y a un plan à Strasbourg, à Lyon, à Nantes et peut-être à Paris pour les faire revenir ». Symbole de cette promesse de renouveau, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris en 2024, 160 péniches défileront sur la Seine.
« Une vie sur l'eau » publiée chez L'iconoclaste, c'est au final une réflexion sur notre propre rapport au temps et nos injonctions à la vitesse dans un monde soumis à l'immédiateté.
A voir aussi
play3 Le site officiel
play3 Sur Facebook
play3 Sur Twitter
play3 Sur Instagram
 
Les plus consultés