Cover Art
Titre de la chanson
Sous-titre ou Artiste
00:00 | 00:00
recherche_mini
cone LES TRAVAUX
replay REPLAY
newspaper L'ACTUALITÉ
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
 
écouter 
Radio Atlandes Autoroute
recherche_mini
 
     
LES TRAVAUXREPLAYL'ACTUALITÉTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Musique | Montez le Son | La quête de St Graal

La quête de St Graal

date 21/06/2024 - 16:36 | micro_reportage Chrystèle Mollon
St Graal, alias Léo Meynard, est un jeune artiste charentais qui a ‘‘explosé’’ grâce aux réseaux sociaux, pendant le confinement. Sa communauté le suit fidèlement jusqu'aux concerts qu'il a déjà donnés aux 4 coins de l'hexagone. Rencontre.
illustration de La quête de St Graal
© Eliott de Sousa 
 La quête de St Graal
 La quête de St Graal
play
0:00
0:00
volume-high 
Commençons par faire connaissance avec ce jeune homme de 26 ans, qui dévoile l'origine de son pseudo, St Graal : « Il y a peu de rapport avec la légende biblique, mais plus de rapport avec les Monty Python ! Avec un ami, on était absolument fan. La quête du Graal, on trouvait ça trop drôle, cette manière dont les chevaliers essaient de trouver le Graal. Or, je voulais aussi créer une sorte de quête dans un futur album : les gens pourraient chercher des indices dans les différentes chansons. J'aimerais vraiment essayer de créer un concept autour de ça. »

Le jeune auteur-compositeur-interprète est originaire d'Angoulême, en Charente. C'est là qu'il a découvert la musique : « Mes parents m'avaient payé des cours de guitare, à la maison, puis j'ai fait un petit peu de conservatoire, mais j'étais très, très mauvais. J'ai quand même fait 4 ans d'opéra, de chant lyrique, ce qui était plutôt chouette. Cela m'a permis de bien travailler la respiration, la tenue, le diaphragme, tout ça. J'ai aussi fait 2 ans de fac d'une école de chanson française, de jazz et musique actuelle, à Bordeaux. Ça m'a permis de m'ouvrir encore plus sur les différences musicales que je pouvais adorer, apprendre, tout ça. »

Ensuite, il passe aux réseaux sociaux et sa notoriété explose : « Grâce à TikTok et Instagram, il y a eu une effervescence pendant le confinement. Je m'étais mis un peu le challenge de faire quatre compositions par semaine, de les filmer, et de les mettre sur les réseaux. Et à un moment donné, j'ai trouvé mon public. »

Quant à ses influences musicales, elles sont variées : « L'électro rock, avec ces guitares un peu incisives, un peu à la The Strokes, à la Green Day aussi. Et en même temps, il y a le texte. Moi, je m'inspire beaucoup de vieux chanteurs comme Hubert-Félix Thiéfaine, par exemple. J'adore sa façon d'écrire. Et après, il y a des choses un peu plus sombres, comme Silmarils ou Freedom for King Kong, des groupes des années 90-2000 que je trouve incroyables. »

Après ‘‘Je t'emmènerai’’, St Graal vient de sortir ‘‘Premier baiser’’, avec en featuring Kalika. Forcément, il pense à la suite : « Un album, je pense que je vais prendre le temps de le préparer. Mais en tout cas, un mini-album ou un gros EP, comme on veut, c'est sûr qu'il y en aura un dès septembre, à la rentrée. »

D'ici là, vous pourrez applaudir St Graal en concert cet été. Il sera à l'affiche de plusieurs festivals, par exemple à La Roche-sur-Yon le 26 juin, ou le 19 novembre à la Maroquinerie, à Paris.
A voir aussi